21 avril 2002 : Le Pen au 2nd tour des Présidentielles

Jean-Marie Le Pen, Front National

Stupeur à 20h le 21 avril 2002 : l’affrontement annoncé entre Lionel Jospin et Jacques Chirac tourne court et Jean-Marie le Pen est au second tour à la surprise générale.

Jean-Marie le Pen est au second tour, ce qu’aucun institut de sondage ni aucun spécialiste politique n’avait envisagé.
Les réactions ne tardent pas et des manifestations s’improvisent dans toutes les grandes villes de France.
Jacques Chirac sera élu avec 82% des voix face au leader du front national.

Cette élection constitue un événement important dans la vie politique française dans la mesure où c’est la première fois qu’un candidat d’extrême droite (ou de « droite nationale ») passe le premier tour d’une élection présidentielle. Le traditionnel débat d’entre-deux-tours entre les deux candidats présents au second tour n’a pas eu lieu, son adversaire ayant refusé de débattre avec lui en direct sur les chaînes de télévision.

Ajoutez votre témoignage

Fermer

13 témoignages pour cet évènement

  • j’étais devant ma télé à suivre attentivement.. et dès l’heure des résultats , j’ai finis en larmes…

  • J’etais tres loin de la France en Asie, mais le choc au reveil a ete terrible :(

  • je regardais les resultat et a l’annonce de le pen au second tour grand moment de silence et de stupefaction ensuite s’en est suivi la colère!!!!!

  • Jétais devant ma télé avec des pots et bien content puisque nous avions voté pour lui!
    Fallais qu’on montre notre mécontentement et sa a fait bouger les choses, peut-être pas assez…

  • Evidemment ça fait bizarre, on n’y croit pas trop et puis …
    J’ai même assisté à la manif anti Le Pen à Paris. Trop bizarre, y avait le discours de Le Pen avant avec ses supporters. Ambiance tendue.

  • j’étais porte d’Orléans (Paris) en train de boire un café avec ma futur femme, nous ne savions pas encore que nous allions nous marier. Nous venions de nous rencontrer et l’amour a pris le dessus sur l’actualité, nous étions sur un nuage et ne nous rendions pas bien compte de la gravité de l’évènement.

  • J’etais au café avec quelques copains devant un grand ecran pour voir les resultats. Quand c’est tombé j’ai entendu un cri d’effroi dans tout le bar puis un lourd silence.. on a commencé a réaliser et les engueulades ont commencé auprès de ceux qui n’avait pas bouger leur cul pour aller voter, trop alcoolisé de la veille!

  • L’après-midi, pour le goûter, nous avions des invités à la maison pour l’anniversaire de mes jumeaux. Quelques uns sont restés et dans la conversation nous commençons à parler politique et Le Pen.
    Ce que nous redoutions arriva. Le Pen est passé. Et le discours de Jospin fut lamentable. La gauche a perdu, mais à quel prix…

  • Résultats en Famille, j’ai été un peu choqué, mais pas plus que ça, m’y attendant à la vue des débats qui avaient précédés le vote. J’ai ri jaune… Sachant que les Socialistes avaient pris une claque, mais plus encore : la France…

    Tout celà ne m’a pas étonné de la part de mes “compatriotes”… Français…

  • je regardais les résultats avec ma famille… un peu choqués mais pas plus inquiets que ça… l’annonce d’un second tour sans suspence quoi.

  • On mangeait en famille devant les résultats présentés par les Guignols, ensuite il était prévu que ces résultats soient commentés dans une émission présentées par Karl Zéro… soirée Canal en perspective donc.

    Seulement voilà, les Guignols ont annoncés Le Pen au second tour. D’abord on a cru à une grosse blague made in Gassio. L’émission de Karl Zéro débuta, il confirma le score de Le Pen puis dit que finalement il n’y aurait pas d’émission ce soir, générique de fin.

    On a zappé 5 minutes sur les autres chaines puis éteint la télé. Après avoir fini de manger, nous sommes tous aller nous coucher.

  • J’étais à table et connaissant déjà les résultats via le web je l’ai dit à toute la tablée … personne m’a cru … jusqu’à que le résultat s’affiche à la télé !

  • Je n’étais pas très âgé, mais j’étais déjà conscient que cette homme pouvait devenir très dangereux et j’étais bluffé que tout les français n’aient pas pris à coeur leur devoir de citoyen et se soient laissé aller.